Tourisme et Patrimoine

Forêt de Moulière

forêt de Moulière

Cette vaste forêt occupe un tiers de notre territoire mais s’étend également sur plusieurs communes.
Son nom est Moulière, car pendant des siècles, l’homme y a extrait les fameuses pierres meulières qui broyaient les grains dans les moulins de la région, du pays et même d’Amérique.  La forêt et les bois étaient des ressources vitales dans le Poitou pauvre d’autrefois, jusque dans les années 1950…  Les villages se souviennent encore très bien des activités liées à ce milieu : les fagots indispensables au chauffage, les piquets, le bois de construction, la cueillette et la chasse… N’oublions pas que l’usage du bois conditionnait aussi de nombreux métiers.
Aujourd’hui, sous l’autorité du technicien de l’ONF (office national des forêts) responsable des forêts domaniales de la Vienne, quatre agents forestiers et cinq ouvriers assurent la gestion de la forêt de Moulière. L’aménagement guide les travaux et les coupes où les fonctions de protection, de production et d’accueil sont équilibrées. C’est la notion de gestion durable qui domine avec l’objectif d’assurer une forêt riche et pérenne pour les générations futures, sans souci de production à court terme.                                                      

Association pour la Préservation et la Valorisation de la Moulière (APMV)

Le devenir de la forêt constitue un enjeu majeur. Les baillargeois s’y promènent actuellement librement sur leurs temps de loisirs. Il convient de préserver cet environnement exceptionnel. Pour cela, une association regroupant une partie des communes concernées par la Moulière a été constituée dernièrement. L’objectif de cette structure est de mener une réflexion commune pour dynamiser, animer et encadrer les loisirs nature exercés dans ces espaces. L’APVM (Association de Préservation et de Valorisation de la Moulière) souhaite une forêt pour tous mais une forêt préservée pour le bien être de tous !

chêne

  • Le Chêne

Le chêne est une essence de lumière. C’est l’arbre le plus répandu en France. Il atteint 40 m, son tronc droit et puissant peut mesurer 1 m de diamètre. Il croît lentement et vît très longtemps (plusieurs siècles). En forêt de Moulière, l’essence la plus courante est le chêne sessile ou rouvre qui fournit un bois de qualité supérieure.

hêtre

  • Le Hêtre

Avec le chêne, il est une grande essence feuillue de plaine. Il peut atteindre 40m de hauteur avec un tronc remarquablement droit et lisse. Il vit jusqu’à 250 ans. En forêt de moulière, on le trouve en sous étage. Son ombrage dense constitue un désherbant naturel et la décomposition rapide de ses feuilles favorise la formation d’un humus doux.

chataigner

  • Le Chataigner

C’est une essence de demi-lumière à croissance rapide, à cime développée aux troncs gros et courts : 25 à 30m de hauteur. Ils peuvent vivre plusieurs siècles. Il constitue un bon moyen de protection contre les incendies. Son importation dans la région daterait de la conquête romaine, car on les retrouve assez régulièrement le long des anciennes voies gallo-romaines.

De nombreux autres types d’arbres peuplent la forêt de moulière comme par exemple : les pins sylvestres, les pins maritimes ou encore le douglas… Vous aurez le plaisir de les découvrir en vous promenant au sein de la forêt.                          

  • Busard Saint-Martin

Le Busard Saint-Martin (Circus cyaneus) est une espèce de rapace diurne appartenant à la famille des Accipitridae. Le busard Saint-Martin occupe en principe le même territoire d’année en année.  Les proies principales sont les petits mammifères (notamment les souris et les petits lapins). La régression de l’espèce est due notamment à la disparition et à la transformation des habitats de reproduction, à la persécution directe ou à la destruction des nids.

  • Fauvette pitchou

La Fauvette pitchou (Sylvia undata) est une espèce de petit passereau (13 cm)  appartenant au genre Sylvia, de la famille des Sylviidae. Très difficile à observer, la fauvette pitchou est cependant un oiseau qu’on ne peut pas confondre en raison de sa petite taille, de sa très longue queue qu’elle tient toujours relevée et très souvent déployée. Son alimentation est fondamentalement insectivore. Espèce à surveiller en France. Vulnérable en Europe. Le bastion de l’espèce, situé sur la péninsule ibérique, connaît une dégradation des habitats favorables occasionnant une chute lente des effectifs.

  • Martin-pêcheur d’Europe

Le Martin-pêcheur d’Europe (Alcedo atthis) est une espèce d’oiseaux, espèce type de la famille des Alcedinidae. Cet oiseau est un bon indicateur naturel de la qualité d’un milieu aquatique. Malgré leurs vives couleurs, les martins-pêcheurs ne sont pas faciles à voir. Les couleurs métalliques de ses faces supérieures constituent en effet un excellent camouflage lorsqu’il file au ras de l’eau sur ses courtes ailes vibrantes. Les martins nichent dans un terrier creusé habituellement dans la berge d’un cours d’eau.

  • Pic mar               

Le Pic mar (Dendrocopos medius) est une espèce européenne de pic. Il fréquente les bois et les forêts de feuillus où il affectionne particulièrement les plantations de chênes, de charmes et localement d’aulnes. C’est un oiseau qui excelle dans l’art de grimper. Le pic mar fore ses cavités de nidification dans des troncs très endommagés par le climat ou les insectes. Il se nourrit principalement d’insectes à différents stades de développement (adultes et larves).